La Chicha, un danger ignoré

Cela fait déjà des années depuis que fumer de la chicha devient une pratique très prisée dans le pays. En effet, plusieurs bars de la capitale possèdent des tables disposant de chicha, attirant un public assez diversifié, dont en grande majorité, des jeunes. Cette pratique connait un essor pas seulement en Haïti; on estime que, dans le monde chaque jour, 100 millions de personnes en font usage.

Certains jeunes s’obstinent à croire que l’usage de la chicha ne représente aucun danger, du fait que la fumée soit dans une certaine mesure moins nocive que celle de la cigarette. Pourtant selon des études réalisées ont montré qu’elle contient 10 fois plus de monoxydes de carbone que le tabac.

Composition du tabac à Chicha

Le tabac à chicha, est placé dans une douille donnant sur une cheminée, qui alors conduit par aspiration la fumée au fond d’un vase rempli d’eau. Et comme toutes les fumées de substances organiques, celles de la chicha libèrent environ 4000 substances chimiques dont certaines sont toxiques, irritantes et cancérigènes, suivant l’avis des spécialistes.

Le tabac à chicha est composé généralement de tabac (30%), de mélasse (70%). Et le reste est constitué d’aromes, d’agent de texture et d’un récipient servant de conservateur.

Mwen rekonèt li trè nosif epi mwen kòmanse santi konsekans yo paske mwen gen pwoblèm respirasyon, sa te vin fè mwen pa fimen l ankò »,

Des jeunes addictés

À Jwi Lavi, un bar situé dans la commune de Carrefour à Côte-Plage 18, on rencontre pas mal de jeunes qui viennent là-bas pour fumer la chicha. Selon ces jeunes, ils viennent presque chaque week-end pour se divertir.

« Fumer la chicha est devenue une habitude. Dès qu’on s’amuse, elle doit- être présente parmi nous. C’est comme une addiction. On ignore si elle représente un danger ou pas, mais on en jouit pleinement. »

Wendy Elisée, un jeune étudiant en électromécanique, nous parle de ses expériences avec la chicha. D’après lui, la première fois était juste pour essayer et du coup il a aimé l’ambiance:

« Mwen fimen chicha lakay mwen ak nan pwogram, se pa yon bagay mwen fimen souvan. Mwen santi mwen high lè mwen ap fimen li men sansasyon an pa dire tou depan de konpozan mwen mete a. Mwen rekonèt li trè nosif epi mwen komanse santi konsekans yo paske mwen gen pwoblèm respirasyon, sa te vinn fè mwen pa fimen l ankò », nous confie-t-il.

Le Dr. Alerte Gahétan travaille aux Gonaïves, une ville assez agitée en terme de loisirs. Il y existe plusieurs bars, des discos pullulent; les divertissements simples y sont accessibles. Il raconte que des personnes viennent à l’hôpital pour des problèmes respiratoires ou cardiovasculaires, suite à la consommation excessive de chicha.

« Quand vous leur posez ce genre de question ils ont tendance à nier le lien entre cette pratique et leurs malaises, mais j’ai déjà reçu ce genre de cas là-bas« , nous raconte le médecin.

Une habitude nocive

L’utilisation de la chicha peut entrainer la bronchite chronique, des maladies cardiovasculaires, le cancer des poumons et aussi le cancer des voies aéro-digestives. À noter que c’est aussi dangereux pour la personne exposée à la fumée passive. Ce qui veut dire, la personne qui respire la fumée sans que ce soit elle qui l’utilise. « En réalité, la chicha est plus dangereuse que la cigarette », nous explique Docteur Alerte Gahétan.

Selon ce jeune médecin généraliste, « l’État devrait mettre en garde les jeunes des méfaits de l’utilisation de la chicha, mais, on sait que notre santé n’est pas leur priorité ».

Le Dr. Alerte Gahétan fait savoir également que l’eau emmagasinée dans le bol, par laquelle passe la fumée, a pour effet de réduire la grosseur des particules. Ce qui permet une meilleure pénétration de celles-ci au niveau des poumons.

On fume une cigarette dans dix minutes au maximum tandis que le tabac à chicha peut durer une heure de temps.

En plus, après la nicotine contenue dans le tabac, on y trouve également des métaux lourds et on sait à quel point ceux-ci constituent un danger pour notre organisme. Utiliser la chicha pendant une journée équivaut à fumer 52 cigarettes environ.

On fume une cigarette dans dix minutes au maximum tandis que le tabac à chicha peut durer une heure de temps. Donc, ce qui expose l’organisme de plus en plus aux effets toxiques.

« Je souhaite que les jeunes qui en font l’usage arrêtent de fumer dès maintenant avant qu’il ne soit trop tard. De plus, une campagne de sensibilisation à grande échelle doit-être organisée par les autorités », propose le docteur Gahétan.

Nelza Méus

Informations photo :

Cp : Loop Haïti

Auteur de l’article : admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *