Le projet « Street art au féminin » dévoilé

Le jeudi 5 mars, dans une conférence de presse tenue dans les locaux du restaurant Yanvalou, Le Collectif pour la Promotion des Arts Urbains et de l’Art Contemporain (CPUAC), a révélé au grand public son tout nouveau projet dénommé : Street art au féminin : pour une urbanité inclusive. Ce projet qui se réalise avec le support de l’Ambassade du Canada en Haïti mettra la lumière sur des street artistes haïtiennes et montréalaises, du 9 au 13 mars 2020, dans la capitale. Deux artistes américaines sont aussi attendues.

Dans un panel composé de plusieurs personnalités telles que l’ambassadeur du Canada en Haïti, Stuart Savage, de la représentante de la mairie de Port-au-Prince, Anne-René Louis, des artistes montréalaises et haïtiennes, Martel Rocicot dit Mono sourcil et de Aude Ascencio Villefranche, le directeur de CPUAC, Jean Widler Pierresaint a pris la parole pour présenter ce nouveau projet qui propose un espace d’expressions artistiques aux femmes dans le cadre des activités de commémoration autour de la journée internationale des droits des femmes. #GraceÀVous, thème retenu par le Canada cette année pour commémorer le 8 mars guidera toutes les performances artistiques de Street art au féminin.

Si trop peu de femmes font du street art et que ces artistes sont peu connues, l’équipe organisatrice s’attèle à renverser la tendance en favorisant l’émergence de jeunes femmes artistes à travers les arts de la rue. C’est un pari difficile compte tenu des difficultés inhérentes au secteur telles que le manque d’infrastructures, d’encadrement et de fonds, a fait part Jean Widler Pierresaint. En dépit de ces difficultés, il souligne vouloir rendre pérenne cette activité.

L’activité phare de ce projet, c’est la réalisation d’une fresque murale collective sous la direction du graphiste Assaf. D’autres manifestations d’art urbain telles que des ateliers de peinture et de graffiti à l’intention des femmes, sont aussi prévues ; toutefois le programmation au complet sera communiquée lors du coup d’envoi officiel, le lundi 9 mars, à 9h du matin toujours au Yanvalou.

Précisant que ces artistes l’ont toujours fasciné de par la qualité artistique de leurs œuvres ; Jean Widler Pierresaint soutient qu’au moment du 8 mars, l’occasion est bienvenue pour faire connaitre davantage ces figures féminines du street Art en Haïti. De son côté, Aude Ascencio Villefranche, graffeuse et apprentie médecin souhaite la pérennité de Street art au féminin afin de faire profiter un plus grand nombre d’artistes.

Le CPUAC compte parmi ses réalisations Festi graffiti, organisé depuis quatre (4) années et qui offre des manifestations de l’art urbain pour le bonheur des amant.e.s de cet art. Street art au féminin se profile en un symbole de la valorisation du potentiel des jeunes filles dans un domaine à dominance masculine en Haïti ; 10 jeunes femmes scelleront les murs de la capitale de leurs œuvres!

Patientez un peu avant de pouvoir les apprécier !

Jeanne-Elsa Chéry

Auteur de l’article : Jeanne-Elsa Chéry

mm
Jeanne-Elsa Chéry est travailleuse sociale et journaliste. Elle est également détentrice d’un diplôme en allemand de Deutsch Haitianisches Kulturinstitut de Port-au-Prince.Elle est l’instigatrice et la coordonnatrice générale de Mus’Ellesdont la mission principale est d’encourager les femmes et les filles à écrire davantage et leur offrir un espace de publication de leurs manuscrits ou tapuscrits. Elle y anime les rubriques « Coup d’oeil » et « Rencontres ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *